Lycee professionnel Coetlogon - Informations du lycée

Informations du lycée

Pour toutes les formations du lycée, les dates des portes ouvertes sont les suivantes : le vendredi 23 mars de 16h30 à 20h et le samedi 24 mars de 9h à 12h30.

Ces journées « Portes Ouvertes » permettent à qui le veut de venir découvrir notre établissement, ses équipements et surtout les formations que nous offrons.

TÉLÉCHARGEMENT(S) :

Dates des portes ouvertes des lycées du bassin rennais - 2017-2018

À l'attention des élèves de Bac professionnel ASSP : l'arrêté du 21 mai 2014 modifiant l'arrêté du 22 octobre 2005 relatif à la formation conduisant au diplôme d'Etat d'aide-soignant, modifie les conditions d'accès à la formation.

Article 1 - À l'article 19 de l'arrêté du 22 octobre 2005, il est ajouté deux alinéas rédigés comme suit :

« 4. Les personnes titulaires du baccalauréat professionnel "accompagnement, soins, services à la personne” sont dispensées des modules de formation 1, 4, 6, 7 et 8. Elles doivent suivre les modules de formation 2, 3 et 5 et effectuer douze semaines de stages pendant lesquelles sont évaluées les compétences correspondantes. Les stages sont réalisés en milieu professionnel, dans le secteur sanitaire, social ou médico-social. Au minimum un stage se déroule dans un établissement de santé, en unité de court séjour.
5. Les personnes titulaires du baccalauréat "services aux personnes et aux territoires” sont dispensées des modules de formation 1, 4, 7 et 8. Elles doivent suivre les modules de formation 2, 3, 5 et 6 et effectuer quatorze semaines de stages pendant lesquelles sont évaluées les compétences correspondantes. Les stages sont réalisés en milieu professionnel, dans le secteur sanitaire, social ou médico-social. Au minimum deux stages se déroulent en établissement de santé dont un en unité de court séjour. »

Article 2 - Au titre II de l'arrêté susvisé, il est ajouté un article 19 ter ainsi rédigé :

« Les candidats visés aux articles 18 et 19 sont sélectionnés sur la base d'un dossier comprenant les pièces suivantes :
― curriculum vitae ;
― lettre de motivation ;
― attestations de travail avec appréciations pour les candidats visés aux articles 18 et 19, premier, deuxième et troisième alinéas ;
― dossier scolaire avec résultats et appréciations pour les candidats visés à l'article 19, quatrième et cinquième alinéas ;
― titres ou diplômes permettant de se présenter à la dispense de formation.
Les élèves en terminale des baccalauréats professionnels "accompagnement, soins, services à la personne” et "services aux personnes et aux territoires” peuvent présenter leur candidature. Leur admission définitive sera subordonnée à l'obtention du baccalauréat.
Les candidats retenus se présentent à un entretien visant à évaluer leur motivation sur la base du dossier.
La composition du jury de cet entretien est identique à celle prévue à l'article 9 de l'arrêté du 22 octobre 2005 susvisé.
Le nombre de candidats admis en formation est fixé en fonction des besoins locaux et des possibilité d'accueil de l'institut.
Le nombre de candidats titulaires des baccalauréats professionnels "accompagnement, soins, services à la personne” et "services aux personnes et aux territoires” admis en formation est inclus dans la capacité d'accueil autorisée et égal au minimum à 15 % de celle-ci.
Seuls les candidats admis au titre des dispenses de scolarité peuvent être dispensés des unités de formation prévues aux articles 18 et 19. »

Site officiel du texte : legifrance.gouv.fr

Une seconde procédure de recrutement est ouverte à compter du 20 juin 2014 pour la formation DEAVS débutant en septembre.
Le dossier d'inscription aux épreuves de sélection disponible sur la pageTéléchargements est à rendre pour le mardi 19 août 2014. Pour plus d'informations, vous pouvez contacter Anne-Marie Happiette, responsable formation DEAVS, par téléphone au 02 99 54 62 62 ou au 06 02 31 69 20 ou par mail : anne-marie.happiette@ac-rennes.fr.

Douze élèves de terminales du lycée Coëtlogon partiront en novembre pour une mission humanitaire au Togo.

Projet Coëtlomé : 6500 km pour un puits...

La plupart d'entre eux n'ont jamais quitté l'hexagone. Quant à prendre l'avion... Et pourtant, le 25 novembre, ces douze jeunes terminales du lycée pro Coëtlogon embarquent pour le Togo, un pays auquel ils pensent depuis maintenant deux ans.

Avec patience et épaulé par leur professeur de sport, Henriette Coignard, les lycéens ont construit un projet solidaire. Leur objectif : construire une école, l'équiper de douches et de sanitaires et éduquer les jeunes Togolais à de mesures d'hygiène de base.

Le groupe d'aventuriers, triés sur le volet, se compose de six garçons en bac pro électronique, et six filles en bac pro aide à la personne. « On a dû passer des entretiens devant un jury, écrire des lettres de motivations pour être sélectionnés, explique Sarah. Jusqu'en septembre, on ne savait pas si on aurait assez d'argent nécessaire pour partir. »

Sur un air de Tryo, les baffles à fond, profs et élèves tentent de reprendre leur souffle. Ils ont couru toute la matinée du mercredi pour récolter encore quelques fonds, à l'occasion d'un marathon solidaire auquel un tiers de l'école a participé. Le projet, s'il ne concerne une poignée d'élève, aura mobilisé tout le monde. « C'est important pour un lycée professionnel d'avoir des projets ambitieux, qu'on arrête de penser qu'ici, on ne réussit pas. »

En attendant le grand voyage, chacun parfait ses chansons, rébus et autre jeux qui serviront à faire passer les messages de santé et de prévention. Mais c'est déjà l'heure de la deuxième course, le petit groupe réajuste ses brassards et se prépare, joyeux, sur la ligne de départ.

Carole BAILLY

Découvrir le blog du projet réalisé par les élèves...




Par le biais de l'art éphémère, le lycée Coëtlogon innove en lançant un projet de réflexion sur une question de société : qu'est-ce que le bien-être ?



Impossible de les manquer ces affiches qui ornent les façades du lycée Coëtlogon. Visibles du métro, elles accrochent l'oeil et interpellent. Alors, campagne de pub ou coup pendable ourdi par des élèves en mal de reconnaissance ? Ni l'un ni l'autre ! En fait, il s'agit d'un projet de recherche sur ce qui compte vraiment pour les jeunes.


OF_101013.jpg

Des affiches représentant professeurs ou élèves ont été placardées dans les endroits stratégiques du lycée.

Un lycée plus humain

Ce projet financé par la Région et initié par l'ONG Pekea est intitulé « Corebe » (COREsponsabilité et Bien-être). « Son objectif est de définir le bien-être de tous, ce qui importe vraiment pour mieux vivre ensemble, pour permettre aux lycéens de mieux appréhender leur scolarité et gagner en autonomie », explique Pascale Mériot, professeur à la faculté de sciences économiques, qui a initié cette action désormais portée par l'ensemble des acteurs de l'établissement.


Cette action s'inscrit dans le long terme : « Pour construire des indicateurs fiables, nous allons procéder par étapes afin d'informer, de sensibiliser, de mettre en dimension les réponses. » Et la première phase de cette démarche participative a été l'affichage de photos d'élèves et de professeurs en très grand format dans tous les endroits stratégiques du lycée en s'inspirant du travail du photographe JR.


L'objectif : rappeler l'importance de l'élève au centre du système et non au service de celui-ci. Ce micro-événement a changé beaucoup de choses. Le lycée est plus accueillant, plus humain. « Mais surtout, en valorisant des jeunes en perte d'estime de soi qui ont été orientés en voie professionnelle par défaut ou par dépit, nous leur avons permis de mieux vivre leur quotidien. Ils méritent qu'on s'intéresse à eux sur des sujets pointus, car eux aussi ont des choses à dire. »






Classes Mardi 3 septembre Mercredi 4 septembre Jeudi 5 septembre
3ème Pré-Pro (1) 10h30 - 16h30 08h30 - 12h00 Emploi du temps normal
pour
toutes les classes.
 
2nde professionnelle
1ère année de CAP
2ème année de CAP   13h30 - 16h30
1ère professionnelle
Terminale professionnelle
Parcours dérogatoire 1 an (TSEN3)
1ère et 2ème année de BTS

(1) de 10h30 à 11h30 une  réunion des parents et des élèves de 3ème Pré-Pro aura lieu à la salle polyvalente.


ACCUEIL INTERNAT
Mardi 3 septembre 08h00 - 09h30 Accueil des Internes de 2nde Professionnelle et 1ère année de CAP.
09h30 - 10h30 Accueil des Parents des nouveaux internes à  l’amphithéâtre.
Mercredi 4 septembre 09h30 - 11h30 Accueil des Internes de 2ème année de CAP, 1ère professionnelle et  Terminale professionnelle.




Des lycéens rennais réalisent une sitcom

lundi 10 juin 2013
OF_100613.jpg

Ils en ont rêvé, ils l'ont fait. Des lycéens viennent d'achever la réalisation des quatre épisodes de Ça va faire des histoires.

Pour la cinquième année, Anne-Sophie Gorge, professeur de prévention santé environnementale au lycée Coëtlogon, et Nadège Langlois, professeur de lettres au lycée Mendès-France, ont permis à leurs élèves de réaliser une sitcom sur les apparences. « L'idée de départ, c'était de travailler sur le vivre ensemble », expliquent-elles. Puis, deux autres notions se sont greffées au projet : la place de l'individu dans un groupe et le libre arbitre.

« Pour mettre nos élèves en situation de réflexion, plusieurs pistes ont été mises à profit : une coopération avec l'association Liberté-couleurs sur la notion d'apparence, une rencontre avec Jean-Pierre Améris à l'occasion de la projection de son film de L'homme qui rit qui dresse le portrait d'un adolescent différent déterminé à tirer parti de son apparence physique négative. »

Tout cela a débouché sur la phase artistique : création de personnages et écriture d'un scénario sous la houlette de Gilles Robin, metteur en scène. Enfin, le point d'orgue de cette aventure a été le séjour de cinq jours à Guidel pour le tournage. Ainsi, certains élèves étaient acteurs et d'autres régisseurs, en charge des costumes, du maquillage. Pour la partie technique, des étudiants en audiovisuel les accompagnaient.

L'épilogue a eu lieu fin mai avec une représentation publique. « Un projet qui a amené nos jeunes à adopter une attitude active et responsable », concluent les deux professeurs.

À Coëtlogon, les lycéens s'essaient au cinéma

samedi 01 juin 2013
OF_010613.jpg

« Anna Sam, l'auteure des Tribulations d'une caissière est notre muse et cette année encore, elle parraine notre projet de courts-métrages qui sont une adaptation des saynètes créées l'an passé », explique Philippe Danty, professeur de français au lycée Coëtlogon. Réalisé de manière transdisciplinaire et avec la contribution de Gilles Robin, metteur en scène, avec des étudiants de l'option audiovisuelle, le projet a impliqué des élèves de CAP ECMS (Employé de commerce multispécialité).

Réunis lundi soir, parents, professeurs et élèves ont pu découvrir le résultat de ce travail, à l'occasion de la projection des 12 courts-métrages intitulés J'encaisse ou pas. « Outre les apports constitués par le travail d'écriture et d'improvisation, le projet a surtout permis de donner de la confiance et de valoriser l'investissement. »


A Coëtlogon, les jeunes en échec relèvent la tête

OF_280313.jpg

Philippe Cantin, proviseur adjoint du lycée Coëtlogon, avec les jeunes de bac pro AVP (audiovisuel professionnel) et ASI (alarme sécurité incendie) et leur professeur, M. Benmerdas.

Palmarès des lycées. Dans la course au bac, les « bahuts » qui accueillent les élèves les moins brillants ont finalement plus de mérite. Au lycée rennais Coëtlogon, on redonne confiance à ceux qui décrochent.
Comment repérer les élèves qui décrochent? « En septembre, on le voit tout de suite parce qu'ils ont la tête baissée, assure Philippe Cantin, proviseur adjoint du lycée Coëtlogon, à Rennes. On est là justement pour les « réparer », faire en sorte qu'ils retrouvent l'estime de soi. Et dès novembre, la plupart ont la tête haute. » Et la voie qui mène au bac commence à se dessiner dans leur tête. Redonner confiance à ceux qui décrochent est inscrit dans le projet de l'établissement, pour ne pas dire dans les gênes de toute l'équipe pédagogique.

Dix bacs pros au catalogue

Bienvenue à Coëtlogon, « plus gros lycée professionnel de Bretagne » avec 1 000 élèves de la troisième « prépa pro » au BTS « production graphique imprimerie ». Dix bacs pros au catalogue, pour se préparer aux métiers de la gestion, de la vente, des soins et services à la personne, de l'électricité, de l'électronique, de l'imprimerie ou de la création vidéo. De quoi trouver chaussure à son pied, quand on a 16-17 ans et un dossier scolaire décidément trop médiocre.

Taux de réussite au bac? 83% toutes filières confondues, quand d'autres tutoient les 100%. Mais ce n'est pas l'objectif premier. Ici, on se focalise sur la réussite de chacun, surtout les plus fragiles, pour qu'ils décrochent le bac et plus si affinités. « On y travaille, ne serait-ce que parce que, dans certains métiers, ce niveau ne suffit plus, il faut un bac +2. » Ainsi, l'établissement ambitionne « d'amener au moins 30 % de nos élèves vers les études supérieures ».

Chaque vendredi - « et c'est impératif » -,une commission de suivi des élèves en difficulté se réunit. Médecin, assistante sociale, conseiller d'orientation, infirmière, conseiller principal d'éducation échangent pour accompagner le jeune en échec, souvent pour cause de situations personnelles compliquées. « Parfois, certains finissent par ne plus venir au lycée et il s'agit de les y ramener », témoigne Philippe Cantin. Coëtlogon porte aussi « une attention particulière à l'environnement quotidien des élèves : coup de peinture dès qu'un tag apparaît, présence des femmes de ménage même en journée pour responsabiliser les élèves... » Et ça marche? « Ça peut paraître un détail mais vous remarquerez que nos jonquilles ne sont pas piétinées. »

Laurent LE GOFF.

DébutPrécédent10 pages précédentes [ 11 12 ] SuivantFin

L'apprentissage en images


Tous les détails...

Sites institutionnels


Académie de Rennes

Éducation nationale

Région Bretagne


Propulsé par GuppY © 2004-2015 Licence Libre CeCILL